Abeilles : le label Bee friendly pourrait s'étendre aux grandes cultures et en élevage

L’Association Bee Friendly, soutenue par l’Union nationale de l’apiculture française (Unaf), souhaite développer en 2019, les contours de son label. L’objectif est, d’une part, de renforcer sa présence sur les secteurs déjà concernées par la démarche, à savoir les fruits, les légumes et le vin. Des productions de carottes et de pommes de terre, en partenariat avec Monoprix et Blédina, viennent déjà de rejoindre le mouvement.

Surfer sur l’arrêt des néonicotinoïdes

D’autre part, Bee Friendly planche sur des cahiers de charges en grandes cultures et en élevage. « Certaines zones céréalières sont pauvres en biodiversité, avec une faible présence d’apiculteurs, explique Amélie Bajolet, en charge du développement du label. Mais l’arrêt des néonicotinoïdes peut faire évoluer les mentalités. » En élevage, le label permettrait de travailler sur la qualité des prairies, notamment pour les producteurs de fromages, et sur la baisse de l’utilisation d’insecticides en médicaments vétérinaires.
La démarche Bee friendly est jeune : la première labellisation date de 2015. Elle s’est plus fortement ancrée sur le territoire national avec l’engagement de Monoprix en 2017.

Autres articles du fil

Le Snia identifie deux priorités pour la présidence française de l’UE

21 janvier 2022
Le secteur de la nutrition animale a identifié deux dossiers essentiels pour lesquels une stratégie et une harmonisation européenne est indispensable : la lutte contre la déforestation importée et la révision de la règlementation additifs en alimentation animale. Pour le premier, un projet...