Alimentation animale : baisse généralisée

Les indicateurs de la production nationale d’aliments composés ne sont pas en forme. Sur le mois de mars, la régression affecte toutes les filières, avec un total de – 6,8 % (1,6 million de tonnes fabriquées) selon la note de conjoncture Snia/Coop de France nutrition animale du mois de mai.

Le recul des demandes en aliments bovins (-6,4 %) s’accentue par rapport aux deux premiers mois de l’année. Les aliments volailles accusent un fort recul (-9 %) : poulet (-9,2 %), pondeuses (-8,3 %) et dindes (-11 %). Les aliments palmipèdes baissent de 7,1%. Sur le premier trimestre, la perte de volume des aliments porcins se limite à 20 900 tonnes.

La hausse des aliments bovins stabilise la production

Sur les 9 premiers mois de la campagne 2018-2019, la baisse de la production totale d’aliments composés se limite à 0,4 %, grâce à la hausse observée par les aliments bovins (+3,3 %). Les aliments porcs restent globalement en baisse (-2,4 %). Dans le secteur de la volaille, la baisse globale est de 2,1%. La progression en palmipèdes (+4,9 %) atténue les effets des baisses des autres productions en particulier en poulets (-3,7 %) et dindes (4,0 %). Les aliments mash restent en progression de 9,2 %, tandis que la baisse en aliments lapins est de 9,7 %.

Autres articles du fil