Arterris, le choix de la vente en conservant l’accompagnement des agriculteurs

La coopérative du Sud Arterris, a témoigné le 19 octobre sur la mise en place de la séparation de la vente et du conseil des produits phytosanitaires, notamment au niveau des technico-commerciaux.
Thomas Lion; Arterris
Thomas Lion, chef de projets outils et services chez Arterris, le 19 octobre lors du webinaire organisé par Isagri sur la séparation de la vente et du conseil des produits phytosanitaires.
Pour Arterris, le choix de la vente des produits phytosanitaires ne s’est pas fait au détriment du cœur de métier du distributeur, à savoir l’accompagnement de l’agriculteur. « Nous conservons l’obligation de donner des recommandations d’usage des produits, les observations de parcelles, la mise en place des essais, et bien sûr notre rôle de conseil sur les engrais et les semences », a expliqué Thomas Lion, chef de projets outils et services chez Arterris, le 19 octobre à l’occasion du webinaire organisé par Isagri sur la séparation de la vente et du conseil des produits phytosanitaires.

Des gammes prédéfinies

Mais pour conserver…

La suite est réservée aux abonnés. Déjà abonné ? Se connecter

Une information stratégique

Toute l’actualité des acteurs de la vente et du conseil, des débouchés et des filières.

Pour tous les métiers

Direction, achat, vente, communication, environnement, juridique...Référence agro a l’information qu’il vous faut.

De l'expertise

Les dernières avancées scientifiques, la politique agroenvironnementale et l'évolution du cadre réglementaire.

Le magazine Culture Agri

Chaque trimestre, l'analyse et le décryptage des enjeux agricoles et des attentes sociétales pour une planète plus durable.

Autres articles du fil