Assises de la bio : l'offre bio insuffisante face à la demande en restauration collective

À l’occasion des Assises de l’agriculture biologique, qui se tenaient le 27 novembre à Paris, plusieurs intervenants ont été invités à réagir à l’objectif national de « 20 % de bio dans la restauration collective », à horizon 2022. « À Metz, nous avons une cuisine centrale et nous travaillons à l’intégration de produits bio et locaux. Il y a vraiment un effort de fait, mais cela reste difficile car il n’y a pas les produits en face », regrette Michel Torloting, conseiller délégué au développement de l’agriculture périurbaine à Metz Métropole.

Un problème d’offre

Même son de cloche pour Philippe Saurel, président de Montpellier Méditerranée Métropole : « Nous rencontrons le même problème, celui du manque d’offre ». D’autres intervenants ont également plaidé pour la mise en place d’organes de contrôle, pour assurer l’évolution des pratiques vers la réalisation de cet objectif.
La structuration des débouchés est centrale dans l’accompagnement de la montée en puissance de l’agriculture biologique. Avec ses trois milliards de repas servis en moyenne chaque année, la restauration collective est désormais l’un des leviers bien identifiés de cette transition. Ces témoignages viennent rappeler la nécessité d’un mouvement global de la production et de la consommation, l’un pouvant difficilement générer seul le changement.