Avec Leggo, le Grand Ouest œuvre pour la relocalisation des légumineuses

Relocaliser le marché des protéines végétales à destination de l'alimentation humaine dans le Grand Ouest, c'est l'objectif du projet Leggo, porté par quatre chambres d'agriculture depuis 2020. Des travaux sont en cours pour mettre en œuvre des démonstrateurs territoriaux et mieux appréhender le surcoût, pour la distribution agricole, du stockage et du triage. Explications avec Thierry Bordin, chargé de mission eau et autonomie protéique à la Chambre du Centre-Val de Loire.
Pois ; protéines ; Leggo ; protéines végétales

Créée en 2020 par les chambres d'agriculture de Bretagne, de Normandie, des Pays-de-la-Loire et du Centre-Val de Loire, l'association Leggo, pour Légumineuses à graines du Grand-Ouest, réunit une cinquantaine d'adhérents, répartis en cinq collèges (1). Celui des coopératives et négoces compte une petite quinzaine de membres. « Notre ambition est de nous organiser collectivement pour structurer un marché des protéines végétales à destination de l'alimentation humaine, explique Thierry Bordin, chargé de mission eau et autonomie protéique à la Chambre du Centre-Val de Loire. Nous voulons ainsi contribuer à l'atteinte des objectifs du plan protéines et de la mise…

La suite est réservée aux abonnés. Déjà abonné ? Se connecter

Une information stratégique

Toute l’actualité des acteurs de la vente et du conseil, des débouchés et des filières.

Pour tous les métiers

Direction, achat, vente, communication, environnement, juridique...Référence agro a l’information qu’il vous faut.

De l'expertise

Les dernières avancées scientifiques, la politique agroenvironnementale et l'évolution du cadre réglementaire.

Le magazine Culture Agri

Chaque trimestre, l'analyse et le décryptage des enjeux agricoles et des attentes sociétales pour une planète plus durable.

Autres articles du fil