Baromètre du biocontrôle 2017 : hausse de 25 % du chiffre d'affaires sur 2017

L’International biocontrol manufacturers’ association (IBMA) publie le 23 juillet les éléments forts de son baromètre français du biocontrôle pour 2017. L’association revendique, pour le secteur, un chiffre d’affaires de 140 M€. Un chiffre d’affaires qui connaît un bond de 25 % par rapport à 2016, après avoir déjà connu une telle hausse entre 2015 et 2016. Si le président d’IBMA France, Antoine Meyer, se satisfait de ces progrès, il reconnaît « qu’il faudra redoubler d’efforts pour atteindre les 15 % du marché de la protection des plantes en 2025. » Aujourd’hui, le secteur du biocontrôle se situe à 5 % de ce marché.

Substances naturelles en pôle, herbicide à la traîne

Dans le détail, IBMA classe les familles du biocontrôle selon leur poids dans ces 140 M€ : substances naturelles (59 %), médiateurs chimiques (18 %), macro-organismes (14 %), puis micro-organismes (9 %).
Le baromètre montre également que les insecticides (51 % du CA) et les fongicides (22 %) sont les deux types de solutions les plus prégnantes, les 27 % restant étant classés « autres » (molluscicides et herbicides). Cette répartition, bien différente du marché des phytos de synthèse où les herbicides pèsent le plus lourd (43 %), « montre la nécessité d’accélérer la recherche et l’innovation sur les produits de biocontrôle », selon IBMA.

Une centaine de nouveautés en gestation

En la matière, une enquête interne réalisée par IBMA France en décembre 2017 établit qu’une cinquantaine de nouveaux produits de biocontrôle au minimum devraient être lancés d’ici à 2020, et à nouveau une cinquantaine de produits après cette échéance.
L’activité des membres d’IBMA France représente 90 % du marché du biocontrôle en France.

close

Inscription à la newsletter Innovations

En validant ce formulaire, vous acceptez notre politique de confidentialité.

close

Inscription à la newsletter Innovations

En validant ce formulaire, vous acceptez notre politique de confidentialité.