Bas carbone, la filière chanvre demande à Inrae d’étudier le potentiel de la filière

Pour mieux quantifier et améliorer le stockage du carbone des 20 000 hectares cultivés en chanvre en France, l'interprofession dédiée, concernée par la méthodologie grandes cultures toujours en cours de validation, a missionné Inrae. Un rapport sur la question est prévu pour septembre.
Un champs de chanvre
La validation de la méthodologie grandes cultures pour le label bas-carbone se fait toujours attendre. Un délai qui n'empêche pas les filières de se mobiliser. Interchanvre a ainsi missionné fin juin l'Inrae, pour la rédaction d'un rapport. Celui-ci, attendu pour septembre, doit livrer des données plus précises sur les capacités de séquestration de carbone induites par cette culture. « Nous avons fourni à Inrae des données pour chaque bassin de production, explique Nathalie Fichaux, directrice d'Interchanvre. Cela nous permettra de savoir quelle est la rotation optimale pour maximiser le stockage de carbone, via la…

La suite est réservée aux abonnés. Déjà abonné ? Se connecter

Une information stratégique

Toute l’actualité des acteurs de la vente et du conseil, des débouchés et des filières.

Pour tous les métiers

Direction, achat, vente, communication, environnement, juridique...Référence agro a l’information qu’il vous faut.

De l'expertise

Les dernières avancées scientifiques, la politique agroenvironnementale et l'évolution du cadre réglementaire.

Le magazine Culture Agri

Chaque trimestre, l'analyse et le décryptage des enjeux agricoles et des attentes sociétales pour une planète plus durable.

 

Je suis convaincu

Mais je veux bien essayer quand même

JE TESTE

15 jours, gratuit, sans engagement

Abonnez-vous

Autres articles du fil