Bien-être animal : la coopérative Prospérité fermière s'engage avec l'association Welfarm

Un an après le lancement du lait Via Lacta, la coopérative Prospérité fermière veut aller plus loin sur le volet « bien-être animal » du cahier des charges de cette filière durable. Le 5 octobre, le groupe annonce un partenariat de deux ans avec l’association Welfarm.

Diagnostics et plans d’actions

L’idée est de fonctionner par palier, sur deux ans. La première phase s’articule autour de diagnostics à réaliser d’ici à la fin 2019. La grille d’évaluation construite avec Welfarm porte sur l’alimentation, la traite, les bâtiments ou encore la reproduction. La deuxième phase consiste à définir les axes de travail prioritaires au cas par cas à partir des diagnostics. « En tant qu’association œuvrant pour le bien-être des animaux d’élevage, Welfarm est le partenaire qui s’est naturellement imposé à nous, explique Samuel Bar, président de Prospérité Fermière. Son approche scientifique des besoins des animaux est essentielle pour continuer à progresser. »
La version initiale de Via Lacta, construite avec l’ONG WWF, comprenait déjà des éléments liés au bien-être animal, concernant notamment les surfaces et durées minimales de pâturage, et obligation d’élevage sur paille en hiver.

La coopérative regroupe 1600 adhérents répartis sur 1000 exploitations dans la région Hauts de France. Elle collecte environ 410 millions de litres de lait par an, dans un rayon de 80 kilomètres autour de la laiterie de Saint Pol-sur-Ternoise dans le Pas-de-Calais.

Autres articles du fil