Bien-être animal, la réglementation en retard sur les avancées scientifiques 

La réglementation est-elle suffisante pour permettre le bien-être des animaux ? Pas tout à fait, selon les intervenants d’un colloque organisé le 22 octobre, par la Fondation droit animal, éthique et sciences. La mauvaise application des règles existantes et le manque de cohérence entre les aspirations des consommateurs et la réalité du terrain ont aussi été rappelés. 

Si le bien-être animal prend de l’ampleur au sein des attentes des consommateurs, la réglementation ne serait pas encore suffisante pour permettre la montée en puissance du sujet. C’est le constat qu’ont partagé les intervenants d’une table ronde, organisé le 22 octobre lors d’un colloque de la Fondation droit animal, éthique et sciences. « Le droit avance beaucoup plus lentement que les découvertes scientifiques sur le bien-être animal, explique Muriel Falaise, maître de conférence en droit privé à l’université Lyon 3. Le code civil a évolué en 2015, en reconnaissant l’animal comme un être vivant doué de sensibilité, mais cela…

La suite est réservée aux abonnés. Déjà abonné ? Se connecter

Une information stratégique

Toute l’actualité des acteurs de la vente et du conseil, des débouchés et des filières.

Pour tous les métiers

Direction, achat, vente, communication, environnement, juridique...Référence agro a l’information qu’il vous faut.

De l'expertise

Les dernières avancées scientifiques, la politique agroenvironnementale et l'évolution du cadre réglementaire.

Le magazine Culture Agri

Chaque trimestre, l'analyse et le décryptage des enjeux agricoles et des attentes sociétales pour une planète plus durable.

 

Je suis convaincu

Mais je veux bien essayer quand même

JE TESTE

15 jours, gratuit, sans engagement

Abonnez-vous

Autres articles du fil