Bien-être animal : l'Anses propose une définition et des évaluations

« Le bien-être d’un animal est l’état mental et physique positif lié à la satisfaction de ses besoins physiologiques et comportementaux, ainsi que de ses attentes. Cet état varie en fonction de la perception de la situation par l’animal. » Voici la définition du bien-être animal que propose l’Agence nationale de sécurité sanitaire de l’alimentation (Anses) dans un avis publié le 25 avril 2018. L’Agence s’est appuyée sur l’évolution des connaissances scientifiques et les réflexions des experts sur les méthodes requises pour l’évaluation du bien-être animal. Cet avis revêt une importance majeure, puisqu’il constitue le cadre des futurs travaux de recherche et d’expertise et sur lequelle l’Agence se fondera pour ses avis ultérieurs.
Que signifie la définition de l’Anses ? Plusieurs points :
– Pour l’Agence, le bien-être s’applique à la dimension mentale du ressenti de l’animal dans son environnement. Il se place avant tout aux niveaux individuel, par opposition au groupe, et contextuel car chaque environnement impacte différemment l’individu. Le bien-être est ainsi déterminé pour un individu particulier dans un environnement donné.
Une bonne santé, un niveau de production satisfaisant ou une absence de stress ne suffisent pas. Il faut aussi se soucier du ressenti de l’animal, des perceptions subjectives déplaisantes, telles que la douleur et la souffrance, mais aussi des signes d’émotions positives comme la satisfaction ou le plaisir.
– Un besoin est une exigence de survie et de qualité de vie liée au maintien de l’homéostasie et aux motivations comportementales : la soif, le couchage, l’exploration de l’environnement, les interactions avec les congénères. La non-satisfaction d’un besoin entraine un état de mal-être pouvant induire des perturbations et un risque de maladie.
– Une attente est un processus mental généré par l’anticipation d’un évènement. Selon le niveau de satisfaction de ses attentes, l’individu ressent des émotions positives ou négatives. Cette notion reste encore difficile à cerner en pratique, reconnait l’Anses.
« Le contenu de ces définitions est amené à évoluer avec le progrès des connaissances, en particulier dans le domaine des capacités mentales des animaux qui conditionnent leur perception et leur représentation de la situation », indique l’Agence. Quid de l’évaluation en pratique du bien-être animal ? L’Anses a recensé les grilles d’évaluation existantes selon les espèces, les stades de développement, les conditions de l’environnement des animaux. « Il est indispensable que des outils spécifiques soient développés », ajoute-t-elle. L’utilisation de plus en plus répandue d’outils d’évaluation sous forme de grilles donne ainsi une vision plus objective et plus précise de la situation vis-à-vis du bien-être des animaux, dépendant du contexte de leur rapport aux humains.

Autres articles du fil