Biocarburants de deuxième génération : inauguration de la plateforme de démonstration BioTfuel

La plateforme de démonstration du projet BioTfuel, située près de Dunkerque (Hauts-de-France), a été inaugurée le 9 décembre. Soutenu par l’Ademe, la région Hauts-de-France et le Fonds européen de développement régional (Feder), ce projet se consacre au développement et à la mise en marché d’une chaîne de procédés de production de biodiesel et de biokérosène de deuxième génération. La matière première de ces carburants : la biomasse lignocellulosique des résidus agricoles ou forestiers. Un autre site est situé près de Compiègne (Oise).

Un contexte politique favorable

Présente pour l’inauguration, Ségolène Royal évoque une « première mondiale » dans l’expérimentation liée aux biocarburants avancés, « sans concurrence alimentaire ». Elle rappelle que la programmation pluriannuelle de l’énergie, publiée le 28 octobre, décline des objectifs en matière d’incorporation de biocarburants avancés en France dans les essences (3,4 %) et les gazoles (2,3 %) pour 2023. Au niveau européen, la Commission souhaite encourager ces biocarburants au détriment de la première génération .

Lancé en 2010, le projet BioTfuel regroupe six partenaires(1). Son budget s’élève à 178,1 millions d’euros, dont 33,2 millions de financement public. La date de validation de la faisabilité technique et économique visée est 2020.

(1) Avril, Axens, le Commissariat à l’énergie atomique, IFP Energies nouvelles, Thyssenkrupp et Total.