Biodiversité, les tendances à la dégradation restent préoccupantes

Dans le cadre de la directive européenne « Habitats, Faune, Flore » de 1992, chaque Etat membre de l'Union européenne doit réaliser tous les six ans un bilan de l'état de sa biodiversité. En ce qui concerne la France, les chiffres pour la période 2013-2018 restent préoccupants, notamment pour les milieux aquatiques. Une publication du CGDD datée de mars 2020 fait le point sur ces tendances.
Atteindre et maintenir un état de conservation favorable pour tous les habitats et les espèces faisant l'objet d'une protection spécifique au sein de l'UE, c'est l'objectif de la directive européenne « Habitats, Faune, Flore » adoptée en 1992. 230 habitats et 2 500 espèces animales et végétales sont ainsi concernés. Pour suivre l'évolution des milieux, des bilans sont réalisés tous les six par tous les Etats membres. Les grandes lignes de celui de la France ont été résumée par le Commissariat général au développement durable, dans une publication de mars 2020. Slon lui, le bilan français pour la période 2013-2018 « reste proche de…

La suite est réservée aux abonnés. Déjà abonné ? Se connecter

Une information stratégique

Toute l’actualité des acteurs de la vente et du conseil, des débouchés et des filières.

Pour tous les métiers

Direction, achat, vente, communication, environnement, juridique...Référence agro a l’information qu’il vous faut.

De l'expertise

Les dernières avancées scientifiques, la politique agroenvironnementale et l'évolution du cadre réglementaire.

Le magazine Culture Agri

Chaque trimestre, l'analyse et le décryptage des enjeux agricoles et des attentes sociétales pour une planète plus durable.

Autres articles du fil