« Bt Impact », évaluer l’impact de Bacillus thuringiensis sur la santé 

Bioinsecticide microbien le plus utilisé dans le monde, la bactérie « Bacillus thuringiensis » (Bt) pourrait être la cause d'intoxications alimentaires. Pour décrire les effets délétères potentiels de la bactérie, le projet Bt Impact, lauréat de l'appel à projets Ecophyto II+, sera lancé à l'automne, par l'Anses, une Unité mixte de recherche CNRS-INRAE-Université Côte d’Azur, l'Inserm et le CHU de Nice, pour une durée de trois ans. Explications avec Mathilde Bonis, porteuse du projet, et Olivier Firmesse, du Laboratoire de Sécurité des Aliments à l'Anses.
Olivier Firmesse et Mathilde Bonis, du Laboratoire de sécurité des aliments de l’Anses.
Olivier Firmesse et Mathilde Bonis, du Laboratoire de sécurité des aliments de l’Anses, étudient le potentiel impact de la bactérie « bacillus thuringiensis » sur la santé humaine.
Le projet « Bt Impact », porté par l'Anses, et mené en partenariat avec l'Inrae, l'Inserm et le CHU de Nice, fait partie des 26 lauréats, dévoilés en avril, de l'appel à projets Ecophyto II+. Il porte, comme l'indique son nom, sur la bactérie Bacillus thuringiensis, Bt, utilisée depuis les années 50 comme agent de biocontrôle, et qui occupe actuellement la première place du marché mondial des bioinsecticides microbiens. « Son utilisation ne fait qu'augmenter ces dernières années, compte tenu de la volonté gouvernementale de réduire de 50 % l’usage des pesticides chimiques d’ici à 2025, explique…

La suite est réservée aux abonnés. Déjà abonné ? Se connecter

Une information stratégique

Toute l’actualité des acteurs de la vente et du conseil, des débouchés et des filières.

Pour tous les métiers

Direction, achat, vente, communication, environnement, juridique...Référence agro a l’information qu’il vous faut.

De l'expertise

Les dernières avancées scientifiques, la politique agroenvironnementale et l'évolution du cadre réglementaire.

Le magazine Culture Agri

Chaque trimestre, l'analyse et le décryptage des enjeux agricoles et des attentes sociétales pour une planète plus durable.

Autres articles du fil