Castration à vif des porcelets, le ministère précise les conditions de mise en œuvre des alternatives

Le ministère de l'Agriculture a publié, le 19 novembre, un arrêté et une instruction pour préciser les conditions de la mise en œuvre de l'interdiction de la castration à vif des porcelets. Les éleveurs seront tenus de suivre des modules de formation. Des dispositions sont également prévues en ce qui concerne les surcoûts liés à ces nouvelles pratiques.
castration à vif
L'arrêt de la castration à vif des porcelets fin 2021 avait été annoncé en janvier 2020 par le précédent ministre de l'Agriculture, Didier Guillaume. Près de deux ans plus tard, le ministère a publié un arrêté ministériel et une instruction technique pour accompagner la mise en œuvre de cette interdiction.

Deux modules de formation à effectuer avant fin 2022

Seuls les vétérinaires sont désormais habilités à pratiquer la castration des porcelets. Les éleveurs peuvent bénéficier d'une dérogation, à condition de respecter les conditions listées dans l'instruction, et donc, notamment, d'opter pour des techniques…

La suite est réservée aux abonnés. Déjà abonné ? Se connecter

Une information stratégique

Toute l’actualité des acteurs de la vente et du conseil, des débouchés et des filières.

Pour tous les métiers

Direction, achat, vente, communication, environnement, juridique...Référence agro a l’information qu’il vous faut.

De l'expertise

Les dernières avancées scientifiques, la politique agroenvironnementale et l'évolution du cadre réglementaire.

Le magazine Culture Agri

Chaque trimestre, l'analyse et le décryptage des enjeux agricoles et des attentes sociétales pour une planète plus durable.

Autres articles du fil