Centre Ouest Céréales : une première collecte bio, amenée à grossir

Le bio, Centre Ouest Céréales (86) avait déjà testé ces dernières années, sur quelques hectares, confiant alors la gestion à Biograins, la filiale de la CAPL. « Mais pour la première fois en 2018, nous sommes autonomes sur l’ensemble de la production : du conseil technique, à la commercialisation en passant par la fourniture d’intrants, la collecte et le stockage. 3 000 tonnes ont été récoltées, réparties sur une quinzaine d’espèces. Nous visons entre 6 000 et 10 000 tonnes pour la récolte 2019, » confiait François Pignolet, le directeur général de la coopérative, le 6 décembre, à la veille de l’assemblée générale. « L’enjeu est de répondre à la demande de nos 25 adhérents, déjà convertis, et à d’autres qui souhaitent le faire, précise Philippe Delafond, le président. Le souci c’est qu’aujourd’hui, COC est configurée pour réceptionner de gros volumes. En 2018, nous avons testé le stockage en boudins : une solution qui nous a donné pleine satisfaction et que nous allons reconduire en 2019. »

Être flexible
COC se veut flexible pour répondre aux attentes des agriculteurs et du marché, « tout en conservant la maitrise de la qualité et des charges », ajoute François Pignolet. Le site industriel de Chalandray, dont l’activité est devenue en décembre 2017 filiale de COC, a battu son record de production : 240 000 t de graines triturées, 90 000 t d’huile et 75 000 t de biodiesel. « L’ouverture, en septembre 2018, d’une ligne dédiée à la production d’huile alimentaire est un franc succès. La demande de clients, notamment dans l’agroalimentaire, ne cesse de grandir », constate Philippe Delafond. Celui-ci n’exclut pas, à moyen terme, de réserver une ligne de l’usine à l’huile bio.

Méthanisation, photovoltaïque
La coopérative souhaite également être acteur de la transition énergétique. Elle est d’ailleurs déjà engagée sur plusieurs dossiers : la production de B100 (un carburant composé à 100 % de biodiesel), le photovoltaïque et la méthanisation. Pour celle-ci, deux projets sont en cours dont l’un, avec la coopérative voisine de la Tricherie. 20 000 t de fumier, cultures intermédiaires à vocation énergétique (Cive) et autres issues de céréales devraient alimenter chaque méthaniseur. Le premier, près de Parthenay, devrait être fonctionnel début 2019.

Les chiffres de l’exercice 2017/18
– CA de 250,2 M€ (223 M€ en 2016/17)
– Résultat de 1,75 M€
– Collecte de 610 000 t.
– COC poursuit sa politique de « prix unique » : un seul prix pour tous les agriculteurs, quel que soit le tonnage livré.

Autres articles du fil