CGB, un « cap difficile » à passer les deux prochaines années

Une récolte décevante et des coûts de production qui s'envolent, mais un marché et des prix qui tiennent le coup. Le 30 novembre, la CGB a tiré les premières conclusions de l'année 2022. La filière renouvelle ses attentes en ce qui concerne des alternatives solides aux néonicotinoïdes, moins de deux ans avant la fin des dérogations.
CGB
Nicolas Rialland et Franck Sander, respectivement directeur et président de la CGB, ont présenté, le 30 novembre 2022, leurs premières conclusions sur l'année passée.
La Confédération générale des planteurs de betteraves, CGB, a fait le point, le 30 novembre, sur l'année 2022. En ce qui concerne la récolte, la déception est grande. « Alors que nous attendions une récolte record, entre 85 et 90 t/ha, la sécheresse et le manque d'eau en ont décidé autrement », constate Franck Sander, le président du syndicat. Un petit quart des arrachages doit encore être effectué, mais la confédération table déjà sur un rendement sous la barre des 80 t/ha. Au niveau national, les rendements devraient s'établir à 32 Mt, contre 34,5 Mt en 2021-22. Le démarrage précoce…

La suite est réservée aux abonnés. Déjà abonné ? Se connecter

Une information stratégique

Toute l’actualité des acteurs de la vente et du conseil, des débouchés et des filières.

Pour tous les métiers

Direction, achat, vente, communication, environnement, juridique...Référence agro a l’information qu’il vous faut.

De l'expertise

Les dernières avancées scientifiques, la politique agroenvironnementale et l'évolution du cadre réglementaire.

Le magazine Culture Agri

Chaque trimestre, l'analyse et le décryptage des enjeux agricoles et des attentes sociétales pour une planète plus durable.

Autres articles du fil