Chez Océalia, aladin à l’épreuve du terrain

Océalia fait partie des neuf coopératives qui, depuis un an, testent la plateforme aladin. Cet outil, qui permet la commande en ligne d’intrants et de services de la gamme du groupe, est en plein développement. Équipes terrain, responsables de dépôt et agriculteurs l’utilisent déjà... et ont un avis sur la question. Témoignages.
Thomas Perrier, chef projet au sein du pôle services d’Océalia et Anaïs Iparaguirre, conseillère d’exploitation
En février dernier, le groupe InVivo lançait officiellement la plateforme de vente en ligne aladin. Neuf coopératives (1) l’ont déployée depuis septembre 2019. En 2021, elles devraient être dix de plus. Océalia fait partie des entreprises qui ont souhaité se lancer dans l’aventure dès le début. « Aujourd’hui, à peine 10 % des agriculteurs vont sur internet pour acheter des intrants ou des services, constate Thomas Perrier, chef projet au sein du pôle services d’Océalia. Demain, ce chiffre devrait passer à 30, voire 40 %. L’enjeu : préparer le monde de demain en étant acteur de…

La suite est réservée aux abonnés. Déjà abonné ? Se connecter

Une information stratégique

Toute l’actualité des acteurs de la vente et du conseil, des débouchés et des filières.

Pour tous les métiers

Direction, achat, vente, communication, environnement, juridique...Référence agro a l’information qu’il vous faut.

De l'expertise

Les dernières avancées scientifiques, la politique agroenvironnementale et l'évolution du cadre réglementaire.

Le magazine Culture Agri

Chaque trimestre, l'analyse et le décryptage des enjeux agricoles et des attentes sociétales pour une planète plus durable.

 

Je suis convaincu

Mais je veux bien essayer quand même

JE TESTE

15 jours, gratuit, sans engagement

Abonnez-vous

Autres articles du fil