Chez Tereos, « une grande marge de progression existe »

Le 2 juin, Tereos présentait, devant la presse, le bilan de l’exercice 2020-21. Un résultat net en recul de 133 M€, contrasté, entre campagne sucrière record au Brésil et en net recul en Europe. L’une des priorités du nouveau conseil de surveillance, en place depuis le 18 décembre 2020 : réduire l’endettement à moins de 2 Mds€.
Gwenaël Eliès, Philippe de Raynal et Gérard Clay, respectivement directeur financier, Président du directoire, et président du conseil de surveillance de Tereos.
« Nous souhaitons prouver qu’au sein d’un groupe de près de 5 Mds€ de chiffre d’affaires, le fonctionnement coopératif est possible », a souligné Gérard Clay, président du Conseil de surveillance de Tereos, en introduction de la présentation des résultats du groupe le 2 juin, rappelant qu’en fin d’année dernière, de nombreux changements avaient eu lieu au sein de la gouvernance et du conseil de surveillance du groupe.

Achever l’adaptation post-quotas

Pour l’exercice 2020/21, Tereos pèse 4,317 Mds€, en hausse de 1 %, pour un résultat net de -133 M€ dont 76 M€ de dépréciation d’actifs. Si la dette nette a reculé…

La suite est réservée aux abonnés. Déjà abonné ? Se connecter

Une information stratégique

Toute l’actualité des acteurs de la vente et du conseil, des débouchés et des filières.

Pour tous les métiers

Direction, achat, vente, communication, environnement, juridique...Référence agro a l’information qu’il vous faut.

De l'expertise

Les dernières avancées scientifiques, la politique agroenvironnementale et l'évolution du cadre réglementaire.

Le magazine Culture Agri

Chaque trimestre, l'analyse et le décryptage des enjeux agricoles et des attentes sociétales pour une planète plus durable.

 

Je suis convaincu

Mais je veux bien essayer quand même

JE TESTE

15 jours, gratuit, sans engagement

Abonnez-vous

Autres articles du fil