Christophe Vinet, Cavac, « Bien qu’hétérogène, 2022 restera l’une de nos meilleures collectes en blé tendre »

Vinet chistophe ; cavac
Au 12 juillet, chez Cavac, la moisson était terminée avec près de deux semaines d’avance. « Si le bilan global est plutôt satisfaisant, il cache de fortes disparités », constate Christophe Vinet, le directeur des productions végétales de Cavac. Rendement et qualité dépendent avant tout de la nature des sols, de la pluviométrie reçue, de l’apport et/ou de la valorisation du troisième apport d’azote. « Alors que les terres séchantes non irriguées ne dépassent pas les 30 q/ha en blé tendre, des pointes à plus de 100 q/ha ont été enregistrées dans les bonnes terres du bocage, poursuit-il.…

La suite est réservée aux abonnés. Déjà abonné ? Se connecter

Une information stratégique

Toute l’actualité des acteurs de la vente et du conseil, des débouchés et des filières.

Pour tous les métiers

Direction, achat, vente, communication, environnement, juridique...Référence agro a l’information qu’il vous faut.

De l'expertise

Les dernières avancées scientifiques, la politique agroenvironnementale et l'évolution du cadre réglementaire.

Le magazine Culture Agri

Chaque trimestre, l'analyse et le décryptage des enjeux agricoles et des attentes sociétales pour une planète plus durable.

Autres articles du fil