Conférence environnementale : trois quarts des mesures décidées en 2012 réalisées

La deuxième conférence environnementale est programmée les 20 et 21 septembre au conseil économique, social et environnemental. Pour sa première conférence de presse organisée le 11 septembre, Philippe Martin, ministre de l’Ecologie, a rappelé que le but de ces rencontres annuelles était «de prendre publiquement des engagements et de dresser un tableau de bord des mesures mises en œuvre». Et de les installer dans la durée via la législation. Ainsi sur les 84 actions décidées en 2012, les trois quart ont été réalisées ou sont sur le point de l’être. 24 ont été finalisées et 39 sont engagées. Pour celles qui ne sont pas encore au calendrier, le ministre a promis qu’il y aurait, «un droit de suite» formulé lors de la deuxième conférence environnementale. Tout comme la première édition, elle sera d’ailleurs ouverte par le Président de la République et clôturée par le Premier ministre. Ce dernier dressera le bilan et fera des annonces concrètes. Quand aux tables rondes qui se dérouleront sur deux jours, elles rassembleront les ONG, les syndicats, les représentants des industriels et du monde agricole et les collectivités locales. Cinq thèmes prioritaires ont été choisis : l’économie circulaire, les emplois de la transition écologique, la politique de l’eau, la biodiversité marine et l’éducation à l’environnement. Les quatorze ministres seront de la partie. Stéphane Lefoll et Pascal Canfin siègeront dans la table ronde centrée sur l’eau.

  • Plus de concret demandé par les ONG

Les ONG contestent le bilan et demandent le changement de modèle agricole. La fondation Nicolas Hulot relèvent les dossiers qui ne sont pas au rendez-vous. Pour FNH «si des avancées notables ont été actées comme l’interdiction du bisphénol A ou le statut des lanceurs d’alerte, d’autres chantiers structurants dont le changement de modèle agricole, la loi sur la biodiversité, la rénovation énergétique ou le déploiement des filières renouvelables doivent s’accélérer». Et de pointer le mode de fonctionnement : «Un trop grand nombre d’engagements porte sur la mise en place de comités, de commissions, de groupes de travail ». Sur les questions agricoles, FNH attend : la Construction d’une autre politique de l’eau et le changement de modèle agricole par une application volontariste de la nouvelle PAC, le développement de l’agriculture biologique sur les 34000 zones de captage d’eau potable, le renforcement de la fiscalité sur les produits phytosanitaires et l’azote minéral.

close

Inscription à la newsletter Innovations

En validant ce formulaire, vous acceptez notre politique de confidentialité.

close

Inscription à la newsletter Innovations

En validant ce formulaire, vous acceptez notre politique de confidentialité.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *