Conseil stratégique phytosanitaire, « le coût risque de crisper les relations »

Avec la séparation de la vente et du conseil sur les phytosanitaires, les chambres d’agriculture devront réaliser le conseil stratégique. Dans la Marne, Muriel Bonnefoi l’a testé auprès de sept céréaliers. Accueil des agriculteurs, temps passé, compétences, acceptation du coût, elle revient pour Référence agro sur son expérience plutôt positive, même si des questions subsistent.
Chambres d'agriculture observation parcelle. Crédit Chambre d'agriculture de la Marne
Pour gagner du temps, la phase d'audit et de diagnostic du Conseil stratégique sur les phytosanitaires pourrait être menée de manière collective. Photo : Chambre d'agriculture de la Marne
Pour Muriel Bonnefoi, la réalisation de ses sept Conseils stratégiques phytosanitaires, CSP, dans le cadre de la séparation de la vente et du conseil, s’est plutôt bien passée. Pour tester la méthode, les chambres d’agriculture ont mis en place une phase de test qui s’est finalisée à la fin 2020. « Je les ai faits avec des agriculteurs que je connaissais, sans les faire payer, explique-t-elle. C’est donc plus simple : je n’ai pas eu de remarques négatives.» Muriel Bonnefoi est conseillère à la Chambre d’agriculture de la Marne depuis plus de trente ans.…

La suite est réservée aux abonnés. Déjà abonné ? Se connecter

Une information stratégique

Toute l’actualité des acteurs de la vente et du conseil, des débouchés et des filières.

Pour tous les métiers

Direction, achat, vente, communication, environnement, juridique...Référence agro a l’information qu’il vous faut.

De l'expertise

Les dernières avancées scientifiques, la politique agroenvironnementale et l'évolution du cadre réglementaire.

Le magazine Culture Agri

Chaque trimestre, l'analyse et le décryptage des enjeux agricoles et des attentes sociétales pour une planète plus durable.

 

Je suis convaincu

Mais je veux bien essayer quand même

JE TESTE

15 jours, gratuit, sans engagement

Abonnez-vous

Autres articles du fil