Contre les maladies, un projet de valorisation des coproduits de la vigne

Etudier la manière dont les coproduits de la vigne, peu valorisés, peuvent protéger les cultures contre le mildiou et la pourriture grise. C’est l’objet de la thèse de David Taillis, financée par le Conseil interprofessionnel du vin de Bordeaux (CIVB). Si le projet doit encore être éprouvé sur le terrain, de premiers résultats encourageants ont été enregistrés en laboratoire.
© David Teillis
Biocontrôle, confusion sexuelle, cultures de services, … Dans le secteur viticole, de nombreuses alternatives sont à l’étude et se développent pour réduire l’utilisation de produits phytosanitaires. Une autre piste est à l’étude dans le cadre d’une thèse, débutée en 2017 et financée par le Conseil interprofessionnel du vin de Bordeaux (CIVB) : celle de la valorisation des coproduits de la vigne. « Les racines, les ceps, les sarments sont peu ou pas utilisés aujourd’hui. Cest une masse de matière première à exploiter », explique David Taillis, le doctorant en charge de cette étude*. L’intérêt de ces parties réside dans leur…

La suite est réservée aux abonnés. Déjà abonné ? Se connecter

Une information stratégique

Toute l’actualité des acteurs de la vente et du conseil, des débouchés et des filières.

Pour tous les métiers

Direction, achat, vente, communication, environnement, juridique...Référence agro a l’information qu’il vous faut.

De l'expertise

Les dernières avancées scientifiques, la politique agroenvironnementale et l'évolution du cadre réglementaire.

Le magazine Culture Agri

Chaque trimestre, l'analyse et le décryptage des enjeux agricoles et des attentes sociétales pour une planète plus durable.

Autres articles du fil