Cooperl (22) conteste les soupçons de fraude à la viande

Le groupe coopératif leader du porc français COOPERL ARC ATLANTIQUE a frôlé la crise médiatique suite à la publication dans Le Télégramme de Brest du 15 février d'un article évoquant une enquête de justice sur ses méthodes d'analyse de salmonelles dans la viande. Cooperl confirme faire l'objet d'une telle enquête ainsi que les perquisitions qui ont eu lieu dans ses locaux en novembre 2012, « faisant apparaître une probable mauvaise interprétation de notre part de la réglementation en vigueur ». La coopérative explique toutefois « rejeter avec force les allégations de fraude et d'escroqueries qui sont totalement infondées ». Le Télégramme de Brest informait que trois cadres de la coopérative avaient été placés en garde à vue le 12 février et évoquait la possibilité d'un maquillage des résultats de tests à la salmonelle en 2012. Le journal breton indiquait alors que 1 500 tonnes de viande auraient été « mécaniquement séparées et écoulées en Russie et en France ». La Cooperl répond qu'immédiatement après le contrôle de 2012, ses protocoles d'analyse de la salmonelle ont été améliorés. La coopérative assure être « en parfaite conformité avec les exigences réglementaires de qualité et de sécurité sanitaire ».

close

Inscription à la newsletter Innovations

En validant ce formulaire, vous acceptez notre politique de confidentialité.

close

Inscription à la newsletter Innovations

En validant ce formulaire, vous acceptez notre politique de confidentialité.

close

Inscription à la newsletter Innovations

En validant ce formulaire, vous acceptez notre politique de confidentialité.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *