Cosmétique, la CAPL a la tomate dans la peau

La Coopérative Agricole Provence Languedoc a créé une joint-venture avec un laboratoire de recherche pour valoriser ses drèches de tomates. L’initiative attire l’attention de géants du cosmétique, et pourrait permettre de valoriser les revenus des agriculteurs.
CAPL ; Phoenix en provence ; Leila Falcao ; patrice florentin ; cosmétique
La fontaine de jouvence jaillirait-elle d’un légume? C’est en tout cas l’espoir porté par Phenix en Provence, la joint-venture créée par la Coopérative agricole Provence Languedoc, CAPL, et Inaturals, un laboratoire indépendant de recherche d'ingrédients naturels pour le marché de la cosmétique.

« Un biostimulant pour la peau humaine »

L'objectif de cette nouvelle société : utiliser les drèches, des co-produits issus de la transformation en sauce des tomates bio du Panier Provençal, une usine appartenant à la CAPL. « La peau de la tomate comporte des molécules…

La suite est réservée aux abonnés. Déjà abonné ? Se connecter

Une information stratégique

Toute l’actualité des acteurs de la vente et du conseil, des débouchés et des filières.

Pour tous les métiers

Direction, achat, vente, communication, environnement, juridique...Référence agro a l’information qu’il vous faut.

De l'expertise

Les dernières avancées scientifiques, la politique agroenvironnementale et l'évolution du cadre réglementaire.

Le magazine Culture Agri

Chaque trimestre, l'analyse et le décryptage des enjeux agricoles et des attentes sociétales pour une planète plus durable.

Inscription à la newsletter Innovations

En validant ce formulaire, vous acceptez notre politique de confidentialité.

Autres articles du fil