Crise sanitaire, Brexit… en 2021, Agrial a gardé le cap

Avec un résultat net en recul de 13 %, le groupe Agrial reconnait que 2021 fut une année compliquée, marquée par la crise sanitaire et le brexit. Les branches agricole et lait s’en sortent mieux que celle dédiée aux fruits et légumes. Pour 2022, la guerre en Ukraine soulève de nouvelles incertitudes.
« L’année 2021 fut encore plus compliquée que 2020, introduit Ludovic Spiers, directeur général d’Agrial, lors d’une conférence de presse organisée le 4 avril pour présenter le bilan de l’exercice passé. Nous avons non seulement subi la crise sanitaire avec notamment la fermeture des restaurants durant cinq mois, mais nous avons également souffert du Brexit. Nos sept usines implantées au Royaume-Uni ont manqué de tout : de main d’œuvre mais également de matières premières. Cette situation explique notamment la contre-performance de notre branche légumes. »

Une collecte record à 1,8 Mt

Malgré tout, le chiffre d’affaires global du groupe est…

La suite est réservée aux abonnés. Déjà abonné ? Se connecter

Une information stratégique

Toute l’actualité des acteurs de la vente et du conseil, des débouchés et des filières.

Pour tous les métiers

Direction, achat, vente, communication, environnement, juridique...Référence agro a l’information qu’il vous faut.

De l'expertise

Les dernières avancées scientifiques, la politique agroenvironnementale et l'évolution du cadre réglementaire.

Le magazine Culture Agri

Chaque trimestre, l'analyse et le décryptage des enjeux agricoles et des attentes sociétales pour une planète plus durable.

Autres articles du fil

Yildirim reprend la participation de Rosier, dont Borealis se sépare

30 septembre 2022
Après la vente de son activité azote, qui devrait être cédée à Agrofert pour 810 M€, Borealis se sépare de sa filiale d'engrais minéraux, Rosier. La firme autrichienne a annoncé vendre sa participation de 98,09 %  au groupe turc Yildirim. Les deux groupes ont dévoilé le 26 septembre...