Des intoxications conduisent à la suspension du métam-sodium en Maine-et-Loire

Des cas d’intoxication humaine plus ou moins sévères au métam-sodium, survenus en deux semaines dans deux communes du Maine-et-Loire, ont conduit le Préfet Bernard Gonzalez à prendre un arrêté suspendant jusqu’au 26 octobre 2018, dans le département, l’autorisation d’utilisation des pesticides à base de cette molécule. « Cette mesure pourrait être reconduite en fonction de la situation météorologique et des vérifications en cours auprès de la profession sur les conditions d’utilisation du produit », précise un communiqué de presse de la préfecture.

Non-respect des restrictions d’application

Les produits de traitement du sol à base de métam-sodium, à usage nématicide, insecticide, fongicide et herbicide, doivent être utilisés selon des règles strictes. Leur application en plein champ doit, selon la réglementation européenne, se faire par injection dans le sol ou par irrigation goutte à goutte. Un arrêté préfectoral du Maine-et-Loire, en date du 20 janvier 2017, précise par ailleurs l’obligation de « refermer immédiatement le sol après injection » et de « fixer le produit dans le sol par arrosage immédiat et maîtrisé. » Selon la préfecture du département, les préconisations de cet arrêté « ne semblent pas avoir été respectées dans les cas survenus à Brain-sur-l’Authion et Mazé Milon. » Enfin, la température exceptionnellement élevée du sol cette année rendrait le produit volatil.
Le métam-sodium, qui fait partie des substances dont l’Europe envisage la substitution, est identifiée par la France comme faisant partie des plus préoccupantes. Le rapport des trois inspections (IGAS, CGAAER, CGEDD), sur lequel s’appuie la feuille de route gouvernementale visant la réduction de l’utilisation des produits phytosanitaires, recommande de donner les moyens à l’Anses pour se pencher rapidement sur la molécule.

Autres articles du fil