#DigitAg : point sur les premiers travaux à l'occasion de la visite de Stéphane Travert

Stéphane Travert n’avait pas pu se déplacer pour l’inauguration de #DigitAg, le 30 juin 2017 . Il avait toutefois promis de se rendre à Montpellier avant la fin de l’année. C’est chose faite. Le 30 novembre, le ministre a découvert les travaux de cet « institut de convergences », le premier du genre en France, sur le site du Mas numérique, à Villeneuve-lès-Maguelone.
Un institut de convergences vise « à structurer des forces scientifiques pluridisciplinaires de grande ampleur et de forte visibilité pour mieux répondre à des enjeux majeurs », selon la définition de l’Agence nationale de la recherche (ANR). #DigitAg joue ce rôle en fédérant 17 partenaires public et privés autour de l’agriculture et du numérique.

De la viticulture de précision au droit en matière de données agricoles

Les premiers travaux ont été présentés au ministre. Et plus particulièrement les thèses engagées sur l’agriculture de précision pour et aider le viticulteur à améliorer la gestion de sa vendange, ou encore sur le droit en matière de données agricoles. Par ailleurs, les premières études de l’observatoire des usages en agriculture numérique, portant sur les spécificités d’usages du digital selon les filières, ont été lancées. Stéphane Travert a enfin pu découvrir le #DigitAg Challenge et ses lauréats 2017 : PulVeco, application mobile pour optimiser la réduction des doses de produits phytosanitaires en viticulture, et OuiAg, comparateur des performances agro-économiques des exploitations.