Dijon Céréales mise sur la diversification au cœur de l'alliance BFC

« Nous avons besoin de transformer notre modèle, car les rotations courtes colza-blé-orge sont à bout de souffle », estime Pascal Demay, directeur céréales, transition énergétique et valeur ajoutée chez Dijon céréales, lors de l’assemblée générale de la coopérative le 14 décembre à Dijon. C’est en partie ce constat qui a poussé la coopérative, au sein de l’Alliance BFC qu’elle a créé avec les coopératives Terre comtoise et Bourgogne du Sud, à faire évoluer ses pratiques, dans l’optique de dégager aussi plus de valeur ajoutée pour ses adhérents.

Des protéines végétales pour l’alimentation humaine

À l’initiative de Bourgogne du Sud, l’Alliance BFC a créé Selvah, une entreprise destinée à produire des protéines végétales texturées (PVT) à destination de l’alimentation humaine. Dijon Céréales et Bourgogne du Sud produiront à partir de l’été 2019 des produits à base de soja très riches en protéines (plus de 50 %) et à faible teneur en matière grasse (plus de 7 %). Un moyen pour les agriculteurs de diversifier leurs rotations et d’assurer des débouchés pour ceux qui sont déjà engagés dans cette culture. L’outil sera implanté à Ciel, dans le Doubs, sur l’usine de production de semences. « Décathlon a déjà montré son intérêt pour ce type de produits à destination des sportifs », souligne Christophe Richardot, directeur de Dijon Céréales et de l’Alliance BFC.

Trois grands projets de méthaniseurs

L’alliance portera aussi trois projets de méthanisation de grande envergure, regroupant chacun 150 exploitations. Ils devraient se concrétiser d’ici à deux ans. Les méthaniseurs devraient être alimentés avec des productions 100 % végétales, principalement des cultures intermédiaires à vocation énergétique (Cive).