Egalim, les cantines sont loin des objectifs sur le bio

Dans moins d’un an, 20 % de l’approvisionnement en restauration collective devra être issu de produits bio. Marquées par des freins persistants, les cantines sont encore loin des objectifs de la loi Egalim.
Au 1er janvier 2022, les cantines devront intégrer 50 %, en valeur, d’approvisionnement « bio, durable et de qualité », dans le cadre de la loi pour l’équilibre des relations commerciales dans le secteur agricole et pour une alimentation saine et durable, plus connue sous le nom d’Egalim. Sur cette part, 20 % des aliments devront être issus de l’agriculture biologique. À moins d’un an de l’entrée en vigueur du dispositif, où en est la restauration collective ? « La période estivale non livrée en scolaire pose également une difficulté aux producteurs, alors que c’est…

La suite est réservée aux abonnés. Déjà abonné ? Se connecter

Une information stratégique

Toute l’actualité des acteurs de la vente et du conseil, des débouchés et des filières.

Pour tous les métiers

Direction, achat, vente, communication, environnement, juridique...Référence agro a l’information qu’il vous faut.

De l'expertise

Les dernières avancées scientifiques, la politique agroenvironnementale et l'évolution du cadre réglementaire.

Le magazine Culture Agri

Chaque trimestre, l'analyse et le décryptage des enjeux agricoles et des attentes sociétales pour une planète plus durable.

 

Je suis convaincu

Mais je veux bien essayer quand même

JE TESTE

15 jours, gratuit, sans engagement

Abonnez-vous

Autres articles du fil