En Lorraine, des faucheurs volontaires investissent une coopérative

L’objectif affiché était clair : rechercher des OGM cachés. En investissant lundi 2 septembre l’un des sites de la coopérative Lorca, en Moselle, les cinquante faucheurs volontaires, venus de toute la France, voulaient faire entendre leur voix. La coopérative qui commercialise depuis un an quelques lots de variétés de colza tolérantes aux herbicides a été prise pour cible par cette organisation. « Cette dernière confond mutagénèse et OGM, explique Christian Sondag, le président de la coopérative. Ces variétés sont obtenues par mutagénèse et non pas par manipulation génétique. Ce ne sont donc pas des OGM, contrairement à ceux qu’affirment les « faucheurs volontaires ». Les variétés résistantes aux herbicides sont autorisées en France, les OGM non. Il n’y a pas d’ OGM en Lorraine ni ailleurs en France. Les variétés tolérantes sont des outils, homologués, mis à notre disposition pour répondre à des problématiques particulières de désherbage. » Dès le lundi soir, les ministères de l’Agriculture et de l’Environnement se sont engagés à recevoir prochainement les « faucheurs volontaires ».

close

Inscription à la newsletter Innovations

En validant ce formulaire, vous acceptez notre politique de confidentialité.

close

Inscription à la newsletter Innovations

En validant ce formulaire, vous acceptez notre politique de confidentialité.

close

Inscription à la newsletter Innovations

En validant ce formulaire, vous acceptez notre politique de confidentialité.

Autres articles du fil

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *