Redevance engrais, des objectifs de réduction des émissions encore peu atteignables

Alors que l'examen du projet de loi Climat et résilience débute au Sénat, la question de la redevance sur les engrais azotés continue de faire débat. Selon Étienne Mathias, responsable du département Agriculture au Citepa, si les objectifs de réduction des émissions d’ammoniac sont accessibles, ceux concernant le protoxyde d’azote ne peuvent être atteints sans une réduction du recours aux intrants.
Portrait de Etienne Mathias
L'enfouissement des engrais, qu'ils soient chimiques ou organiques, est préférable à l'épandage par buse palette. © DR
Lors de son audition devant les sénateurs, le 4 mai 2021, Julien Denormandie a rappelé que la redevance sur les engrais minéraux restait hypothétique. Si la France ne respecte pas ses engagements de réduction des émissions de gaz à effet de serre (GES) pendant deux années consécutives, et qu’aucune mesure européenne sur la question n’est prise, alors “il sera envisagé que le Parlement se saisisse de la question”. La France s’est engagée à réduire ses émissions de protoxyde d’azote (N2O) de 15% en 2030, par rapport à 2015 et ses émissions d’ammoniac de 13%…

La suite est réservée aux abonnés. Déjà abonné ? Se connecter

Une information stratégique

Toute l’actualité des acteurs de la vente et du conseil, des débouchés et des filières.

Pour tous les métiers

Direction, achat, vente, communication, environnement, juridique...Référence agro a l’information qu’il vous faut.

De l'expertise

Les dernières avancées scientifiques, la politique agroenvironnementale et l'évolution du cadre réglementaire.

Le magazine Culture Agri

Chaque trimestre, l'analyse et le décryptage des enjeux agricoles et des attentes sociétales pour une planète plus durable.

Autres articles du fil