Et si le changement climatique était favorable au blé russe ?

La Russie se dirige vers une nouvelle moisson record de blé de 76 Mt, d’après les estimations du ministère de l’Agriculture russe, soit la deuxième meilleure campagne du pays. Un constat qui pourrait bien s’inscrire sur le long terme, notamment sous l’effet du changement climatique. Ce dernier offre un potentiel de nouvelles terres exploitables, notamment à l’est, mais surtout des conditions de culture plus favorables aux céréales d’hiver. À l’inverse de la plupart des producteurs mondiaux.
La question du changement climatique est sans conteste l’enjeu majeur du 21e siècle. Les effets négatifs sur la planète ne sont plus à démontrer. Mais tous les pays ne sont pas logés à la même enseigne. La Russie, et son agriculture, pourrait faire partie des grandes gagnantes. En s’appuyant sur les scénarios du Giec à l’horizon 2035, Kevin Adams, chercheur au Stockholm Environnent Institute, a modélisé les conséquences du changement climatique sur les échanges mondiaux de plusieurs matières premières agricoles. Contrairement à la plupart des producteurs, la Russie sort plutôt gagnante de ces projections, en particulier pour le blé. «…

La suite est réservée aux abonnés. Déjà abonné ? Se connecter

Une information stratégique

Toute l’actualité des acteurs de la vente et du conseil, des débouchés et des filières.

Pour tous les métiers

Direction, achat, vente, communication, environnement, juridique...Référence agro a l’information qu’il vous faut.

De l'expertise

Les dernières avancées scientifiques, la politique agroenvironnementale et l'évolution du cadre réglementaire.

Le magazine Culture Agri

Chaque trimestre, l'analyse et le décryptage des enjeux agricoles et des attentes sociétales pour une planète plus durable.

Autres articles du fil