Étienne Armbruster, « imposer un pourcentage de surfaces bio si le terrain n’est pas prêt, est une erreur »

Le Green Deal, à l'échelle européenne, ou le Plan ambition bio 2022, en France, fixent des objectifs ambitieux de développement du bio pour les années à venir. Des trajectoires déconnectées des réalités de terrain pour Etienne Armbruster, dirigeant du négoce éponyme alsacien, dont de nombreux clients, en phase de conversion, s'interrogent sur la poursuite de la démarche, en raison de pression maladie ou de hausse des charges.
armbruster

Référence Agro : Comment le négoce Armbruster se positionne sur le sujet du bio ?

Etienne Armbruster : Après une longue période de réflexion, nous avons investi, en 2016, 5 M€ dans un silo dédié au bio, disposant d'une capacité de stockage de 6 800 tonnes. Par ailleurs, nous avons fusionné en décembre dernier avec l'entreprise AB2F Concept, pour notamment renforcer nos gammes bio. Nous sommes leader sur ce créneau en viticulture, avec 40 % des exploitations qui sont en bio.

R.A. : Comment la campagne s'est elle déroulée pour ces exploitants en cours de conversion ?

E.A. :…

La suite est réservée aux abonnés. Déjà abonné ? Se connecter

Une information stratégique

Toute l’actualité des acteurs de la vente et du conseil, des débouchés et des filières.

Pour tous les métiers

Direction, achat, vente, communication, environnement, juridique...Référence agro a l’information qu’il vous faut.

De l'expertise

Les dernières avancées scientifiques, la politique agroenvironnementale et l'évolution du cadre réglementaire.

Le magazine Culture Agri

Chaque trimestre, l'analyse et le décryptage des enjeux agricoles et des attentes sociétales pour une planète plus durable.

Autres articles du fil