Européennes, la FNSEA et les JA organisent un grand oral agricole

« Notre objectif est de donner l’occasion aux candidats de s’exprimer sur l’enjeu agricole, grand oublié de la campagne européenne, et d’y confronter nos propositions », explique Christiane Lambert, présidente de la Fédération nationale des syndicats d’exploitants agricoles (FNSEA), le 14 mai. Le syndicat organisait, ce jour, un « grand oral agricole » avec six représentants (1) des listes principales concourant aux élections européennes, qui se tiendront le 26 mai.

Des « positions communes » entre les candidats et les syndicats

Après s’être une première fois prêtés à l’exercice en avril, les candidats ont une nouvelle fois détaillé les grandes lignes de leurs programmes. Face à l’inquiétude concernant la baisse du budget de la Pac, tous s’accordent pour que cette dernière soit sanctuarisée. La présidente de la FNSEA se satisfait également de « positions communes » sur la transition agroécologique – tout en notant la variabilité des calendriers sur ce sujet -, la vigilance à avoir sur les importations pour éviter des situations de distorsion de concurrence, la nécessité d’assurer des revenus rémunérateurs pour les agriculteurs ou l’harmonisation des réglementations sociales et fiscales.

« Nos messages passent, restent à les mettre en application », résume la présidente de la FNSEA. Souvent présentée comme un complément de revenu, la méthanisation est encore regardée avec vigilance par certains, notamment dans les rangs de la France Insoumise et d’Europe Écologie-Les Verts, où l’inquiétude concerne une potentielle concurrence avec la production vivrière.

Renouvellement des générations et innovation, grands absents du débat pour les syndicats

Si les syndicats ont souligné ces points de consensus, d’autres sujets ont laissé les représentants de la FNSEA sur leur faim. « Il y a encore du travail à faire sur la question du renouvellement des générations, a ainsi indiqué Samuel Vandeale, président de Jeunes agriculteurs. La prise de conscience est là mais les propositions concrètent manquent encore. » Enfin, sur les questions liées à l’innovation et à la compétitivité, « nous avons dû les questionner, ces sujets n’ont pas été abordés d’emblée », souligne Christiane Lambert, qui regrette encore l’utilisation de « slogans qui ont la peau dure ».

Alors que la Pac demeure le poste budgétaire le plus important de l’Union européenne, les représentants de la FNSEA et de JA espèrent, grâce à cet oral, mobiliser autant que possible les agriculteurs à aller voter. « À nous aussi de réenchanter cette élection, de porter un projet afin de montrer que la Pac est une politique moderne. »

(1) Angélique Delahaye (Les Républicains), Romain Dureau (France Insoumise), Aziliz Gouez (Parti socialiste), Hervé Juvin (Rassemblement national), Benoît Biteau (Europe Écologie – Les Verts), Nathalie Loiseau (LaREM)