Évaluation des phytos : les parlementaires européens veulent davantage de transparence

Après neuf mois de travail, la commission spéciale du Parlement européen sur la procédure d’autorisation des pesticides dans l’UE, dite commission PEST, a adopté son rapport et ses nombreuses recommandations le 6 décembre 2018. Le texte sera débattu en séance plénière le 16 janvier 2019 à Strasbourg.

« Nous demandons à la Commission européenne, aux États membres et à leurs agences plus de transparence, plus d’indépendance et une stricte application du principe de précaution, afin de protéger la santé des 500 millions d’Européens » a déclaré l’eurodéputé socialiste Éric Andrieu, président de la Commission PEST. Les députés demandent entre autres que les industriels rendent publiques toutes leurs études scientifiques lors d’une demande d’autorisation de mise sur le marché et qu’une période de commentaires soit mise en place. Ils souhaitent que les États membres et la Commission européenne rendent leur vote public et allouent des ressources financières suffisantes aux agences d’évaluation afin de garantir une indépendance, sans conflit d’intérêt, lors du processus d’autorisation des substances actives. Ils appellent à un renforcement des évaluations après la mise sur le marché des produits. Enfin, ils invitent à réviser les études actuelles sur la cancérogénicité du glyphosate et à fixer des teneurs maximales en résidus pour les sols et les eaux de surface.
« Nous avons notamment demandé aux États membres de ne plus autoriser les substances actives synthétiques », a précisé Éric Andrieu.