Évolution des BSV : « Nous espérons un retour avant l’été », Adeline Chastrusse, Chambre d’agriculture des Pays de la Loire

L’enveloppe budgétaire dédiée aux Bulletins de santé du végétal, BSV, se réduit d’année en année. Pilier de la surveillance biologique des territoires, les acteurs agricoles, avec en tête les chambres d’agriculture, tentent depuis deux ans de maintenir un dispositif efficace et fédérateur. Zoom en Pays de la Loire, avec Adeline Chastrusse, animatrice écophyto et surveillance biologique du territoire - BSV interfilières à la Chambre régionale d’agriculture.
observateurs CA PDL pour RA-min

Référence agro : Comment avez-vous géré la baisse de budget des BSV depuis 2019 ?

Adeline Chastrusse : En Pays de la Loire, six filières sont concernées par les BSV :  grandes cultures, viticulture, maraichage, arboriculture, ornement, et non agricole. Le budget alloué aux BSV est passé de 498 000 euros en 2018 à 383 000 euros en 2019 et 378 000 euros cette année. En conséquence, nous avons réduit les temps de travail des animateurs, qui était auparavant sur un mi-temps, sauf en grandes cultures et maraichage.  Les animateurs ont en charge l’analyse des données,…

La suite est réservée aux abonnés. Déjà abonné ? Se connecter

Une information stratégique

Toute l’actualité des acteurs de la vente et du conseil, des débouchés et des filières.

Pour tous les métiers

Direction, achat, vente, communication, environnement, juridique...Référence agro a l’information qu’il vous faut.

De l'expertise

Les dernières avancées scientifiques, la politique agroenvironnementale et l'évolution du cadre réglementaire.

Le magazine Culture Agri

Chaque trimestre, l'analyse et le décryptage des enjeux agricoles et des attentes sociétales pour une planète plus durable.

 

Je suis convaincu

Mais je veux bien essayer quand même

JE TESTE

15 jours, gratuit, sans engagement

Abonnez-vous

Autres articles du fil