Financer l’agroécologie par d’autres secteurs d’activité

Par des financements publics ou privés, la transition agroécologique doit être soutenue à la hauteur des risques pris et des services rendus par les agriculteurs. C’est ce qu’ont défendu les intervenants d’une table ronde organisée le 16 septembre par BPI France et l’agence Rumeur publique.
sdr
Si à terme l’agroécologie peut-être plus rentable que l’agriculture conventionnelle, la transition nécessite des moyens financiers et peut entraîner des pertes de rendements. La question de la rémunération de cette prise de risque se pose.

Externaliser le financement de l’agriculture

« On se voile la face si on pense que la solution est de faire payer plus aux consommateurs, indique Rochel Kolbe, directrice RSE du groupe InVivo, à l’occasion d’une table ronde organisée par BPI France et Rumeur publique sur le rôle de l’agroalimentaire dans l’adaptation de l’agriculture aux défis environnementaux, organisée le 16 septembre.…

La suite est réservée aux abonnés. Déjà abonné ? Se connecter

Une information stratégique

Toute l’actualité des acteurs de la vente et du conseil, des débouchés et des filières.

Pour tous les métiers

Direction, achat, vente, communication, environnement, juridique...Référence agro a l’information qu’il vous faut.

De l'expertise

Les dernières avancées scientifiques, la politique agroenvironnementale et l'évolution du cadre réglementaire.

Le magazine Culture Agri

Chaque trimestre, l'analyse et le décryptage des enjeux agricoles et des attentes sociétales pour une planète plus durable.

 

Je suis convaincu

Mais je veux bien essayer quand même

JE TESTE

15 jours, gratuit, sans engagement

Abonnez-vous

Autres articles du fil