Focus sur les marchés : la finance plombe le moral des investisseurs

Mercredi et jeudi, un vent de panique venu de la finance a chahuté les marchés agricoles. La baisse actuelle est donc très liée à l’économie mondiale et à la morosité des investisseurs. Pourtant, les fondamentaux sont toujours là, notamment en maïs pour lequel le bilan mondial est plus que tendu. La tension est également palpable sur le marché fourrager. Côté blé, la Tunisie, l’Algérie, l’Egypte et le Bangladesh sont aux achats. Les blés russes et ukrainiens semblent être préférés au blé français. Le marché mondial céréalier pourrait encore s’alourdir par de nouvelles prévisions de récolte : au Kazakhstan, la production passerait de 19 à 25 Mt et en Ukraine, la collecte avoisinerait les 53 Mt contre 51 Mt attendues initialement. Le CIC table, au 22 septembre, sur une production mondiale en hausse de 2 Mt comparée aux estimations du mois dernier. A.G.

Cours en euros/tonne sur les marchés, au 23 septembre. Euronext, première échéance. Entre parenthèses, cours du 16 septembre.

Blé : Euronext, 192 (196,75) ; Rendu Rouen, 199 (200)
Maïs : Euronext, 199 (204,5) ; Rendu Bordeaux, 197 (205)
Colza : Euronext, 437,5 (438,75) ; Rendu Moselle, 441 (444)

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *