France : un solde azoté moyen de 32 kg/ha de SAU

En 2010, selon l'outil Nopolu-Agri, l'activité agricole en France métropolitaine a engendré un surplus d'azote (N), estimé à 902 000 tonnes, soit en moyenne 32 kg N/ha de surface agricole utilisée par les exploitants (SAU), révèle une étude du Commissariat général au développement durable (Chiffres & statistiques, n° 448 – septembre 2013). Les disparités régionales sont fortes. Avec 69 kg/ha, la Bretagne affiche le surplus le plus élevé suivie des Pays de Loire (55 kg/ha). L'Auvergne et le Limousin détiennent le plus faible surplus (15 kg/ha).
Les surplus d'azote enregistrés varient de 8 à 75 kg/ha de SAU en fonction des cultures. Parmi les grandes cultures, le blé dur observe le plus fort surplus avec 63 kg/ha, suivi du colza et du maïs irrigué (respectivement 60 et 48 kg/ha). Le surplus azote du blé tendre, largement majoritaire dans les assolements, est de 24 kg/ha.
Nopolu-Agri qui a servi à l'élaboration des résultats, est une méthode de calcul et de ventilation des surplus d'azote, développée par le Service de l'observation et des statistiques (SOeS) avec Pöyry Environnement et Solagro. Cet outil permet de calculer des surplus pour des échelles variant du niveau cantonal et/ou de la zone hydrographique, au niveau national et de les décliner par culture.
L'azote est enregistré à la fois en entrées (effluents d'élevage, engrais minéraux, engrais organiques et matières organiques issues de déchets, fixation symbiotique, déposition atmosphérique) et en sorties (exportation par les cultures, par les prairies, émissions d'ammoniac et de gaz azotés vers l'atmosphère). La différence correspond au surplus d'azote.

close

Inscription à la newsletter Innovations

En validant ce formulaire, vous acceptez notre politique de confidentialité.

close

Inscription à la newsletter Innovations

En validant ce formulaire, vous acceptez notre politique de confidentialité.

close

Inscription à la newsletter Innovations

En validant ce formulaire, vous acceptez notre politique de confidentialité.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *