Fumier au champ, pas de risque de pollution selon l’Idele

Selon une expérimentation menée par l’Idele, les pertes d'azote par lixiviation liées au stockage du fumier dans les champs seraient minimes. Sylvain Foray, qui a dirigé les travaux, revient sur ces résultats pour Référence Agro.
Le stockage de fumier, ayant maturé au moins deux mois au champ, représente-t-il réellement un risque de pollution ? Pour apporter des éléments concrets de réponse, une expérimentation a été menée entre le mois de décembre 2017 et de mars 2018, à la ferme de Derval, pilotée par la Chambre d'agriculture de Loire-Atlantique et l'Institut de l'élevage, Idele. Les travaux ont été financés par la Confédération nationale de l'élevage. « Notre objectif était de vérifier l'hypothèse que les transferts d’azote par percolation dans les sols liés au stockage de fumier très compact au champ sont limitées pour être considérées…

La suite est réservée aux abonnés. Déjà abonné ? Se connecter

Une information stratégique

Toute l’actualité des acteurs de la vente et du conseil, des débouchés et des filières.

Pour tous les métiers

Direction, achat, vente, communication, environnement, juridique...Référence agro a l’information qu’il vous faut.

De l'expertise

Les dernières avancées scientifiques, la politique agroenvironnementale et l'évolution du cadre réglementaire.

Le magazine Culture Agri

Chaque trimestre, l'analyse et le décryptage des enjeux agricoles et des attentes sociétales pour une planète plus durable.

 

Je suis convaincu

Mais je veux bien essayer quand même

JE TESTE

15 jours, gratuit, sans engagement

Abonnez-vous

Autres articles du fil