« Généraliser l’ovosexage sur les œufs français en 2022 reste un défi ! », Maxime Quentin (Itavi)

Où en est la France dans son engagement d'en finir avec l'élimination des poussins mâles à horizon 2022 ? Si les solutions techniques semblent gagner en fiabilité, la question des coûts, entre autres, reste encore à dénouer. Maxime Quentin, directeur scientifique de l'Institut technique de l'aviculture (Itavi), fait le point pour Référence Agro.
Maxime Quentin, de Itavi, qui travaille sur l'ovosexage.
L'Itavi contribue au projet Casdar Yoong, visant à évaluer les méthodes d'ovosexage.

Référence Agro : Quelles sont les démarches initiées par la France pour avancer sur la question de l'ovosexage, presque deux ans après avoir pris l'engagement de sortir de l'élimination des poussins mâles d'ici à 2022 ?

Maxime Quentin : Cet engagement avait été pris avec l'Allemagne. Le Covid-19 a compliqué le travail bilatéral. Chaque pays a avancé de son côté. Les Allemands ont voté un projet de loi dédié, qui entre en vigueur début 2022. La France n'a, à ma connaissance, pas entamé de processus législatif. Mais Julien Denormandie insiste pour que nous ne relâchions pas nos…

La suite est réservée aux abonnés. Déjà abonné ? Se connecter

Une information stratégique

Toute l’actualité des acteurs de la vente et du conseil, des débouchés et des filières.

Pour tous les métiers

Direction, achat, vente, communication, environnement, juridique...Référence agro a l’information qu’il vous faut.

De l'expertise

Les dernières avancées scientifiques, la politique agroenvironnementale et l'évolution du cadre réglementaire.

Le magazine Culture Agri

Chaque trimestre, l'analyse et le décryptage des enjeux agricoles et des attentes sociétales pour une planète plus durable.

 

Je suis convaincu

Mais je veux bien essayer quand même

JE TESTE

15 jours, gratuit, sans engagement

Abonnez-vous

Autres articles du fil