L’Anses ne disposera pas d’études toxicologiques complémentaires sur le glyphosate

En raison de critiques relatives à d’éventuels conflits d’intérêt, le consortium scientifique coordonné par l’Institut Pasteur de Lille, qui avait été sélectionné pour conduire des études toxicologiques complémentaires sur le potentiel caractère cancérogène du glyphosate, s’est retiré. Ces études indépendantes devaient servir à la réévaluation du glyphosate par l’UE.
glyphosate
En avril dernier, l’Anses avait sélectionné un consortium scientifique* coordonné par l’Institut Pasteur de Lille pour mener des études toxicologiques visant à compléter l’exploration du potentiel caractère cancérogène du glyphosate. Et ce, dans l’objectif d’avoir des études indépendantes supplémentaires à fournir aux quatre États membres (France, Hongrie, Pays-Bas et Suède) chargés de réévaluer la substance. L’UE doit en effet prendre position, avant fin 2022, sur le renouvellement de l’approbation du glyphosate.

Suspicions avant l’heure

Depuis, des critiques sur d’éventuels conflits d’intérêt se sont multipliées… et le consortium a fini par jeter l’éponge. « L’équipe scientifique a décidé de se retirer, considérant…

La suite est réservée aux abonnés. Déjà abonné ? Se connecter

Une information stratégique

Toute l’actualité des acteurs de la vente et du conseil, des débouchés et des filières.

Pour tous les métiers

Direction, achat, vente, communication, environnement, juridique...Référence agro a l’information qu’il vous faut.

De l'expertise

Les dernières avancées scientifiques, la politique agroenvironnementale et l'évolution du cadre réglementaire.

Le magazine Culture Agri

Chaque trimestre, l'analyse et le décryptage des enjeux agricoles et des attentes sociétales pour une planète plus durable.

 

Je suis convaincu

Mais je veux bien essayer quand même

JE TESTE

15 jours, gratuit, sans engagement

Abonnez-vous

Autres articles du fil