Gouvernance des coopératives, vers un code de bonne conduite

Dans le cadre de la loi Egalim, le modèle des coopératives a été pointé du doigt, notamment en matière de gouvernance et de relation avec les adhérents. Le feuilleton Tereos, qui s’est tenu cet été, a apporté du grain à moudre au dossier. Des thématiques abordées lors du colloque annuel du Haut Conseil de la Coopération agricole (HCCA), organisé le 25 octobre à Paris, durant lequel le député de la Creuse Jean-Baptiste Moreau et rapporteur de la loi n’a pas mâché ses mots. « Nous avons des exemples catastrophiques dans le monde de la coopération. On ne peut pas généraliser, mais ces quelques exemples sont délétères pour l’ensemble des coopératives. On ne peut plus permettre que des administratifs prennent le pouvoir. Les coopératives doivent revenir à la base et la pureté originelle du modèle coopératif », a clamé l’élu. Il a indiqué que les quatre ordonnances relatives à l’article 8 de la loi n’étaient pas encore rédigées : « le ministre de l’Agriculture nous a indiqué que les députés seront associés à leur rédaction ».

Plan de formation, administrateurs extérieurs, cadre de bonnes pratiques
De son côté, Coop de France réfléchit à la création d’un « code de bonne conduite », pour accompagner les coopératives et les aider à mieux évaluer leur gouvernance. « Comme pour nos salariés, il faudrait aussi un plan de formation pour nos élus », propose Michel Prugue, président de Coop de France. Autre piste évoquée, celle des administrateurs extérieurs qui pourraient venir « épauler les élus, les aider notamment à challenger les cadres recrutés. Tout le monde n’est pas encore prêt mais certaines entreprises le font déjà ». Vivescia Industries par exemple. Au sein de son Sicom – la structure qui valide les orientations stratégiques de la société, les budgets d’exploitation et d’investissements, et les moyens financiers y afférant – , elle compte depuis 2017 deux tiers associés sur ses sept membres : Daniel Chéron , ancien directeur général de Limagrain, et Ross McInnes, président du conseil d’administration de Safran.

Autres articles du fil