Grand Ouest : Terrena, la Cavac et Coop Eveil lancent une plateforme de compostage

Le 29 juin 2018, les coopératives Cavac, Coop Eveil et Terrena, à travers leur structure Fertil’Eveil, ont inauguré une plateforme de compostage à Beaupréau-en-Mauges (49). L’installation valorisera 50 000 tonnes de matières organiques biodégradables, issues essentiellement d’effluents d’élevage, d’ici à 2022. Elle vient en complément d’un autre site de compostage, à Saint-Pierre-du-Chemin (85), d’une capacité de 44 000 tonnes d’effluents, mais arrivée à saturation.

« L’objectif est de répondre d’un côté à la forte demande des éleveurs pour trouver un débouché à leurs fumiers et de l’autre, aux productions végétales de disposer d’un amendement organique, explique Guy Raymond, directeur de Fertil’Eveil. Le compostage est une excellente manière de maintenir l’élevage et de lier cette activité aux productions végétales. » La forte demande vient aussi de l’agriculture biologique, qui représente aujourd’hui 30 % des débouchés des produits commercialisés par Fertil’Eveil. Mais qui pourrait passer à 50 % dans les prochaines années.

4,7 millions d’euros de budget

Le projet de Beaupréau a été lancé en 2014, avec un financement sur fonds propres de 4,7 millions d’euros. Le site de compostage est le plus grand de France, indiquent les dirigeants. Sa particularité vient du fait que l’ensemble des bâtiments, 7000 m², est couvert avec un dispositif d’aspiration de l’air, évitant ainsi les nuisances olfactives et les rejets d’ammoniac dans l’atmosphère. Un point qui a permis une bonne acceptabilité par les riverains. L’activité devrait démarrer le 9 juillet, avec 23 000 tonnes d’effluents en 2019, payés à l’éleveur jusqu’à 10 euros la tonne.

Viser la qualité

Avec les deux sites, Fertil’Eveil dispose d’une capacité de 85 à 90 000 tonnes de traitements des effluents de volailles (60 %) et de bovins (40 %). 75 à 80 000 tonnes de composts « de haute qualité agronomique », seront ensuite commercialisées des Landes jusqu’au bassin parisien pour le prix de 58 à 70 euros la tonne. « Pour la qualité, nous employons uniquement des déchets agricoles, entièrement tracés, dont nous connaissons la valeur », indique Guy Raymond directeur de Fertil’Eveil.

close

Inscription à la newsletter Innovations

En validant ce formulaire, vous acceptez notre politique de confidentialité.

close

Inscription à la newsletter Innovations

En validant ce formulaire, vous acceptez notre politique de confidentialité.