Homologation des OGM, l’Anses plus dure que l’Efsa

L’Anses souhaite une harmonisation plus forte entre les méthodes d’évaluation des dossiers d’homologation des OGM entre la France et l’Union européenne. En effet, les avis des deux agences divergent dans la plupart des cas.
Recherche;VRTH ; NBT
©UFS
Les avis sur les dossiers d’autorisation des plantes génétiquement modifiées (PGM) de l’Autorité européenne de sécurité des aliments, Efsa, sont beaucoup plus favorables que ceux de l’Agence nationale de sécurité sanitaire de l'alimentation, Anses. Ces derniers comportent, dans les deux-tiers des cas, des réserves et des conclusions négatives, alors qu’ils sont presque tous favorables au niveau européen. Pour comprendre ces écarts de jugements, l’Anses a lancé il y a deux ans une étude sur les différences de notations entre les deux organismes, accompagnée d’une réflexion plus globale sur les méthodes d’évaluation. Les résultats ont été publiés dans…

La suite est réservée aux abonnés. Déjà abonné ? Se connecter

Une information stratégique

Toute l’actualité des acteurs de la vente et du conseil, des débouchés et des filières.

Pour tous les métiers

Direction, achat, vente, communication, environnement, juridique...Référence agro a l’information qu’il vous faut.

De l'expertise

Les dernières avancées scientifiques, la politique agroenvironnementale et l'évolution du cadre réglementaire.

Le magazine Culture Agri

Chaque trimestre, l'analyse et le décryptage des enjeux agricoles et des attentes sociétales pour une planète plus durable.

Autres articles du fil

Soutien de FranceAgriMer, six mois supplémentaires accordés

4 juillet 2022
Parue au Bulletin officiel du 30 juin 2022, la décision n°INTV-SIIF-2022-44 du 29 juin modifie plusieurs précédentes décisions relatives aux programmes d’aides aux investissements donnant lieu au soutien financier de FranceAgriMer : pour l’acquisition de certains matériels permettant de...