Adjuvants : un marché en progression de 3 % en 2017

L’AFA, l’Association française pour les adjuvants, se réjouit de la hausse de 3 % du marché des adjuvants en 2017. Ce dernier a atteint 62 millions d’euros, et ce, malgré des utilisations de phytos en baisse. « Preuve que le recours aux adjuvants rentre dans les mœurs, souligne Yann Mismetti, à la tête de la commission communication de l’AFA. Avec l’augmentation toujours croissante des débits de chantier, mais aussi pour faire face aux baisses d’efficacité de certains produits, il faut reconnaître que l’adjuvantation est plus que tendance. »
En 2017, 88 % des adjuvants ont été utilisés en grandes cultures, soit une hausse de 12 % sur ce segment. Le marché sur cultures spécialisées (12 % des usages) a quant à lui connu une légère baisse, en raison d’un contexte maladie faible.
Pour 2018, l’AFA poursuivra son travail de mise en avant des adjuvants au sein des CEPP et de construction d’outils pédagogiques sur le rôle de ces produits, notamment dans la gestion de la dérive. L’association compte par ailleurs développer de nouveaux segments de marché, notamment en association avec les produits bio, de biocontrôle et les fertilisants foliaires d’origine naturelle. Enfin, un cahier des charges permettant de présenter de nouveaux dossiers d’AMM efficaces est en cours d’élaboration avec l’Anses.

Le marché des adjuvants en 2017, en France :
– Les mouillants et les sulfates représentent 70 % des adjuvants vendus, 30 % sont des huiles
– 61 % des adjuvants sont utilisés avec bouillies herbicide, 21 % avec bouillies fongicide, 14 % avec bouillies insecticide et 4 % avec régulateurs de croissance.