Biosolutions, de quoi parle-t-on ?

12 novembre par De Sangosse

Les biosolutions se déploient dans les itinéraires techniques. Leur vocation : nourrir, stimuler et protéger les cultures afin de répondre aux attentes sociétales pour moins de chimie. Elles apportent des critères de performance supplémentaires aux agriculteurs. Ce terme générique englobe quatre familles de produits, mais pas seulement. D’ailleurs, d’où vient ce concept ?

Le terme « biosolutions » est entré dans le dictionnaire pratique de la santé et de la nutrition des cultures ! Il s’emploie plutôt au pluriel, car les biosolutions rassemblent les biofertilisants, les biostimulants, le biocontrôle et les adjuvants. Leur point commun ? Toutes ces solutions s’appuient sur des interactions et des mécanismes naturels pour nourrir, stimuler et protéger les cultures.

Biosolutions, un concept né en 2004

Le concept des biosolutions a été lancé par la société De Sangosse en 2004. L’entreprise a d’ailleurs consacré tous ses investissements à innover dans cette gamme de produits avec ses neuf laboratoires dédiés, mais également via des acquisitions de sociétés françaises et étrangères spécialisées. Son directeur, Nicolas Fillon, voit d’un bon œil, 15 ans plus tard, l’appropriation de ce terme par toute la filière agricole. « Nous avions dès le départ réfléchi à la façon d’agréger un ensemble de solutions en lien avec les attentes sociétales, se rappelle-t-il. Les biosolutions sont bien un patchwork de technologies. » Au point qu’il intègre dans cette famille, les outils et services. L’application de ces solutions peut nécessiter l’emploi d’un outil d’aide à la décision (OAD), le piégeage de bioagresseurs comme celui des limaces, l’accompagnement en s’appuyant sur les fermes de démonstration estampillées Biosolutions.

0 M ha
recevront les biosolutions De Sangosse à horizon 2030, tel est l’objectif affiché par l’entreprise

Approche holistique de la santé des plantes

« En France nous avons un temps d’avance car nous sommes le pays où la pression sociétale est la plus forte, complète Christophe Zugaj, directeur communication et affaires publiques. Les biosolutions sont la réponse pour produire mieux avec moins de chimie conventionnelle.» Elles s’utilisent seules ou dans le cadre d’une stratégie de maîtrise plus globale des systèmes de production. Le raisonnement est décloisonné : avec les biofertilisants, la vie du sol est améliorée, la plante se développe mieux. Elle est plus résiliente face aux stress climatiques grâce aux biostimulants et sa santé est préservée grâce au biocontrôle.

Maîtrise des IFT et production de qualité

En protection des plantes, ces produits permettent de diminuer l’indice de fréquence de traitement (IFT) et répondent aux demandes de cahiers des charges sous signes de qualité comme celui de la Haute valeur environnementale, pour  moins de chimie conventionnelle. Employés comme solutions alternatives, les biostimulants et produits de biocontrôle auxquels sont associés les adjuvants sont un moyen d’obtenir une production de qualité et sans résidus. Ils génèrent de la valeur économique pour les agriculteurs et les filières.

« Les biosolutions permettent de nourrir, stimuler et protéger les cultures pour une triple performance économique, sociale et écologique. Avec cette gamme de produit, l’objectif est de mieux respecter les milieux naturels, consolider les relations entre la terre, les agriculteurs qui la cultivent et, bien entendu, les citoyens qui s’en nourrissent »
Nicolas Fillon
Directeur général De Sangosse

L’essentiel

Les biosolutions englobent le cycle complet de la production en utilisant des synergies « croisées » entre les technologies :