Cartographies septoriose et rouilles, risque élevé pour la fin mai dans le Nord

Bayer - Mercredi 12 mai

Tant que les feuilles de blé seront vertes, le risque de développement de la septoriose et des rouilles est réel dans les régions du Nord. Les cultures accusent mi-mai un sérieux retard alors que dans le sud, c’est l’inverse, le stade critique vis-à-vis de la fusariose est atteint. Le suivi des maladies dans cette année décidément atypique doit se poursuivre. Le réseau de surveillance Focus Maladies, allonge sa période d’observations en conséquence.

carte de France de la septoriose au 7 mai
Observatoires septoriose au 10 mai
carte de France rouille jaune
Observatoire Rouille jaune au 10 mai

La huitième cartographie Focus maladies, publiée le 10 mai, témoigne à nouveau d’une situation atypique en 2021. Son objectif est de dresser chaque semaine un état du risque septoriose et rouilles à partir des observations remontées par 300 agriculteurs répartis dans toutes les régions céréalières.  

Depuis le début de l’observatoire (20 mars) les blés montrent des stades très différents entre le nord et le sud. « En 2020 nous avions aussi une situation très hétérogène, avec l’impossibilité de dégager une tendance commune, cette année, une autre disparité se créée, raconte Clarisse Payet, responsable technique chez Bayer qui a en charge le pilotage de ce réseau. Alors que les parcelles du sud sont en avance et ont pour certaines dépassé le stade gonflement, dans le nord, les maladies risquent d’émerger toutes à la fin mai avec l’arrivée des pluies. Le risque est présent tant que la feuille est verte. En conséquence, nous ferons cette année onze alertes, soit une observation collective maintenue jusqu’au 28 mai. Les distributeurs qui souhaitent s’inscrire pour cette dernière ligne droite peuvent le faire auprès de leurs interlocuteurs en région. »

Septoriose et rouilles, risque élevé fin mai dans le nord

Au niveau des stades du blé, la situation est très contrastée. Une croissance lente des céréales est observée dans les régions qui ont connu en avril une longue période avec de très basses températures. Ainsi, dans certaines régions du Nord et de l’Est, le blé se trouve majoritairement au stade 2 nœuds à début mai. A l’inverse, en Occitanie, Nouvelle-Aquitaine et Pays de la Loire, les céréales sont en avance et ont, pour les variétés les plus précoces, dépassé le stade épiaison/gonflement. 

La plupart des régions va connaître des épisodes pluvieux significatifs dans les prochains jours, où le potentiel de contamination pourra être élevé. Selon le stade de la céréale, il conviendra d’envisager une protection fongique à 2 nœuds ou à DFE selon le stade de la céréale : 

  • Pour les blés au stade 2 nœuds, beaucoup de situations ne présentent actuellement pas de symptômes sur la F2 du moment (F4 définitive). La septoriose pourra se développer à la faveur des pluies favorables, une intervention T1 pourra être envisagée dès lors que 20% des feuilles F2 déployées du moment présentent des symptômes sur variétés sensibles ; le seuil passe à 50 % sur variétés tolérantes. 
  • Blés à Dernière feuille étalée (DFE) : stade crucial pour préserver le rendement
    Certains blés au stade DFP/DFE présentent des symptômes de septoriose sur les F3 déployées du moment (soit F4 définitives).  Les symptômes liés à la contamination des pluies en cours vont apparaître sur F3, du fait d’un temps d’incubation de trois semaines. Face aux pluies contaminantes, il est indispensable de protéger les blés au stade dernière feuille étalée, quelle que soit leur sensibilité variétale, et qu’ils aient reçu ou non une première application T1 à 2 nœuds. 

Du côté des rouilles, les blés tendres sont peu touchés par la rouille brune pour l’instant, il n’y a pas eu d’explosion. En fonction des conditions climatiques actuelles, la vigilance s’impose. Contrairement à la rouille brune, la rouille jaune continue de progresser quelle que soit la sensibilité variétale. 

Les solutions Kardix, Keynote, Macfare, Veldig et Yoneero, représentent le meilleur retour sur investissement pour l’agriculteur et répondront efficacement aux différents contextes agronomiques de ce printemps. Conseillées aux doses de 0.8 à 1l/ha, ces solutions associent 3 molécules performantes et complémentaires (prothioconazole, bixafen et fluopyram) qui permettent de protéger pour longtemps les trois dernières feuilles.  Les associations Kardix+Twist500SC répondront efficacement aux situations où le risque septoriose et rouille jaune est présent.

Blés du stade épiaison à début floraison, risque fusariose si fortes pluies

Les blés les plus précoces qui s’approchent de la floraison, dans les régions abondamment arrosées, pourraient présenter un risque fusariose selon les situations agronomiques (précédent, travail du sol, sensibilité variétale). La gamme fongicide Prosaro permet de préserver le rendement et d’assurer la qualité sanitaire en protégeant les céréales des maladies de fin de cycle : fusarioses, rouilles et septoriose.

Voir notre article sur la sécurisation du blé contre la septoriose.

Kardix® / Keynote® / Mac Fare® / Veldig® / Yoneero®

mentions legales phytosanitaires