Couverts végétaux : des facteurs de risques supplémentaires pour les limaces ?

De Sangosse - Jeudi 22 juillet

De plus en plus associés à une légumineuse, les colzas offrent plus de nourriture aux limaces. Quant aux couverts végétaux, permanents ou intermédiaires, certains sont plus attractifs pour ces mollusques. Comment alors protéger efficacement les jeunes colzas contre les limaces, réduire la pression de ces ravageurs sur toutes cultures semées derrière un engrais vert ? Réponse avec Marion Puysservert, responsable technique anti-limaces chez De Sangosse.

limace ; biocontrole

Pour contrôler les altises, réduire la pression adventice, le semis de colza est réalisé avec des légumineuses gélives. Il est même programmé tôt, en août, afin d’obtenir le stade 4 feuilles avant le 10 septembre. Vigoureuse, la plante est moins sensible aux attaques des bio-agresseurs. En 2020, selon le Contrat de solutions, 19,5 % des superficies de colzas sont concernées par cette technique. Modifie -t-elle la dynamique des populations de limaces ? Sont-elles plus attirées par la vesce, les trèfles, le fenugrec ou la féverole que par le colza ? Ou est-ce toujours le colza qui reste leur cible n°1 ? 

L’attractivité pour les limaces diffère-t-elle selon les espèces de couverts végétaux ?

Pour Marion Puysservert, responsable technique chez De Sangosse, « globalement, la présence de couverts intermédiaires ou permanents favorise les populations de limaces ». Les études montrent que plus le garde-manger est fourni, plus les limaces sont fécondes. Toutefois, une étude d’Agroscope, l’Institut des sciences en durabilité agronomique suisse, menée entre 2012 et 2014 identifie des différences dans l’attractivité.  « Un tiers des engrais verts testés présentaient une perte de feuille de l’ordre de 75 à 100 % au bout de dix jours, explique l’experte. Parmi eux le nyger, la vesce velue, le trèfle de Perse, l’avoine rude, la cameline, le seigle fourrager et le trèfle d’Alexandrie. L’avoine fourragère, le sarrasin, la moutarde blanche, la féverole commune et le lin cultivé étaient peu voire pas du tout endommagés. »

Quant aux légumineuses associées au colza, comme le trèfle d’Alexandrie ou la vesce, elles apportent plus de sources de nourritures en complément du colza.  

« En faible présence de limaces l’implantation d’une culture associée au colza peut, dans une certaine mesure, et en fonction de l’espèce, jouer un rôle de leurre, mais la connaissance du comportement des limaces n’est pas une science exacte !, complète Marion Puysservert.

Les experts techniques s’accordent à dire que lorsque les populations sont nombreuses, les limaces consomment aussi bien le colza que les cultures avoisinantes.

Surveiller les populations de limaces en amont des semis

Quelles sont alors les pratiques recommandées pour maîtriser ces ravageurs dans un colza associé à des légumineuses ? « La meilleure façon de ne pas avoir de mauvaises surprises c’est de surveiller les populations présentes en amont des semis de colza pour adapter la stratégie à la situation de l’année, préconise Marion Puysservert

Autre élément qui pourrait jouer sur le niveau de population de limaces dans les cultures : la couverture des sols avec des cultures intermédiaires ou installées de façon permanente. Quel est alors l’impact de ces engrais verts vis-à-vis des limaces ?

Détruire précocement les couverts intermédiaires prive la limace de sources de nourriture, préconise Marion Puysservert. Mais rien ne garantit que la culture suivante ne sera pas attaquée juste après le semis. Dans les couverts permanents, les limaces peuvent être moins gênantes si elles ont une plus grande diversité de ressources alimentaires. Les couverts permanents contribuent à un certain équilibre de l’agrosystème. »

Granulés anti-limaces à placer sur le rang de semis du colza

Pour l’animal, attaquer une parcelle semée avec plusieurs espèces de couverts végétaux revient à se retrouver dans une jungle ! « En cas de dépassement des seuils d’alerte observés dans les 2 à 3 semaines avant le semis par le piégeage, l’application d’anti-limaces au moment du semis est alors recommandée, conseille Marion Puysservert. Si les couverts végétaux sont permanents, il faut des solutions adaptées en termes de granulométrie, positionner l’anti-limace Metarex® duo ou IronMax ®Pro au plus près de la plante.» La stratégie est identique pour les colzas semés avec des légumineuses compagnes ou seuls : le granulé est à placer sur le rang de semis, en suivant les recommandations de la démarche Ciblage.

« Le choix du couvert végétal et sa gestion, le piégeage des limaces avec évaluation du risque avant le semis, la mise en place de stratégies de lutte adaptées protègent efficacement les colzas. »

A savoir

Lors des semis de couverts végétaux ou des associations de la culture avec une plante compagne, le mélangeur Emix, offre une homogénéisation du mélange de granulés anti-limaces avec les semences.