Formation Pulv&dyne, l’efficacité des adjuvants à la loupe

De Sangosse - Jeudi 18 mars

La pédagogie prime. Avec Pulv&dyne, le banc pédagogique mobile de pulvérisation, De Sangosse souhaite montrer l’efficacité des adjuvants pour réduire la dérive et améliorer la performance des produits. Les résultats sont nets notamment lorsque les agriculteurs réduisent les volumes d’eau. Le tour 2021 vient de débuter. Inscrivez-vous !

Pour bien comprendre les atouts des adjuvants, rien n’est plus « parlant » que de « voir » leurs effets sur les feuilles ! De Sangosse continue ce printemps son tour de France des démonstrations pédagogiques avec quatre Pulv&dyne. Aux commandes, les experts pulvérisation de De Sangosse. Ils sont les seuls en France à dispenser ces formations itinérantes auprès des agriculteurs chez les distributeurs ainsi que dans les caves coopératives. Ils s’adressent aussi aux groupements d’agriculteurs.

Montrer l’efficacité des adjuvants en complément des buses anti-dérives

« Notre formation Pulv&dyne nous permet de mieux expliquer les enjeux d’une pulvérisation de qualité, à la fois pour améliorer l’efficacité des produits mais aussi pour répondre aux enjeux environnementaux et sociétaux, explique Frédéric Pagès, chef marché adjuvant De Sangosse. Elle s’inscrit dans le cadre de notre approche RSE car, grâce aux adjuvants, nous visons non seulement une augmentation de la tenue et de la pénétration des gouttelettes de bouillie mais aussi une limitation maximale des pertes dans l’environnement. Les adjuvants sont complémentaires des buses anti dérive. Celles-ci sont déjà efficaces à 70 %, mais avec l’adjuvant le taux grimpe à 90 % ». Cet argument fait sens dans le cadre de l’application des distances de sécurité riverains. Même si les adjuvants ne sont pas officiellement reconnus comme l’un des moyens permettant de baisser ces distances, De Sangosse souhaite montrer leur pertinence pour réduire le risque de dérive vers les habitations.

Adjuvants et pulvérisation bas volume, la bonne formule

Pulv&dyne, comment ça marche ? Le banc de pulvérisation mobile est composé de quatre rampes avec pour chacune, un type de buses différent, buses les plus utilisées par les agriculteurs. Les participants évaluent le bénéfice apporté par l’adjuvant en fonction de son matériel et de ses pratiques. Un composé fluorescent est mélangé avec de l’eau. Cette bouillie « test » est pulvérisée, par exemple, sur des plantules de colza, des feuilles de vigne pour visualiser son comportement sur différents types de végétaux. Les tests peuvent également être réalisés sur des bandelettes de papier hydrosensible pour être ensuite analysés par des logiciels adaptés qui retranscrivent la répartition sur la cible. des feuilles de vigne pour visualiser son comportement sur différents types de végétaux. Les tests peuvent également être réalisés sur des bandelettes de papier hydrosensible. Ils sont ensuite analysés par des logiciels adaptés qui retranscrivent la répartition sur la cible. « Nous adaptons nos préconisations en fonction du mode d’action des produits et des pratiques de traitements, complète Frédéric Pagès. Les plus gros enjeux concernent la baisse des volumes d’eau. Nous montrons que nous pouvons réduire à 100 litres voire 80 litres le volume d’eau au lieu de 200 litres. À bas volume, la couverture des cultures se révèle souvent insuffisante. Les adjuvants compensent ce risque en améliorant la répartition de la bouillie sur la feuille. » L’effet est très net pour les produits de contact comme le soufre, le cuivre ou les insecticides ainsi que pour les formulations WG, SL et SC, sensibles à la dérive. Ces produits doivent rester suffisamment longtemps sur la feuille pour agir. L’adjuvant fait adhérer la goutte à la surface de la feuille et accroît son étalement. 

Votre contact pour une démonstration Pulv&dyne : Jean LAGRUE (jean.lagrue@agridyne.fr)

Pour mieux comprendre l’utilité des adjuvants : https://www.desangosse.fr/rubrique/adjuvants/

mentions legales phytosanitaires